Homophobes et alors?

21 janvier 2013 18h22 · bricedansereau-olivier

Depuis la marée humaine qui a envahi les rues de Paris pour dénoncer le mariage homosexuel, beaucoup de mes compatriotes semblent consternés. Tant d’intolérance en France? La France, pays des droits de l’Homme, des idées républicaines, peuplée d’épicuriens amateurs de bonne bouffe et de bons vins. Un peu snobs, très fendants (particulièrement les Parisiens), parfois chiants, soit! Mais homophobes?

Au Québec, quand on pense à des gens réactionnaires, on pense tout de suite aux américains, aux habitants de nos prairies  »Canadian » ou à la limite aux fanatiques style Al-Qaïda. Pas à nos chers cousins.

Et oui, malgré son héritage très progressiste, la France compte son lot de conservateurs et de religieux. Le Front National vous connaissez? Ce n’est pas que pour les immigrants qu’ils ont de l’affection. La France est victime, comme la plupart des pays occidentaux, d’un regain de popularité du conservatisme.

Ce n’est pas du tout une coïncidence. Historiquement, une période d’incertitude économique est toujours accompagnée d’une flambée nationaliste et d’un appel au retour des valeurs traditionnelles. La montée du nazisme en Allemagne, du fascisme en Italie, liés à la Grande Dépression; la montée actuelle de Golden Dawn en Grèce alors que son économie s’effondre; les exemples sont trop nombreux pour en faire la liste exhaustive. Comme si tous les maux d’une société étaient le résultat d’un éloignement des valeurs qui ont fait son succès.

La réalité, c’est que la force d’un pays, c’est dans sa capacité à accepter le changement qu’on la mesure. L’immobilisme est le plus grand danger auquel est confrontée une société au bord de la crise. Pendant que nos gouvernements s’entêtent à vouloir subventionner et consolider des industries, notamment les pétrolières, vouées à une mort aussi lente que certaine, les pays qui sont le mieux outillés pour parer à une crise sont ceux qui sont à la fine pointe du changement.

Parmi tous les pays occidentaux, ceux qui s’en sortent le mieux et qui ont le moins à craindre du ralentissement de l’économie mondiale, ce sont les pays nordiques qui ont accordé de généreuses subventions aux industries vertes. Notons l’exemple des Pays-Bas, de la Finlande et de la Suède qui encouragent à coups de millions le développement de l’énergie éolienne. De la même manière, la Chine, qu’on aime la manière dont elle le fait ou pas, continue d’ouvrir son marché sur le monde et d’adapter ses politiques économiques désuètes. Même si sa croissance a connu un léger ralentissement, c’est d’abord dû à une diminution de la consommation dans les économies développées et elle carbure quand même autour de 8 %.

L’immobilisme, la crainte de la fin d’une époque, c’est ce qui motive le conservatisme économique de nos gouvernements. Même chose pour le conservatisme social de ces militants antis gais. Ils sont homophobes? Et alors! L’histoire donne toujours tort aux forces réactionnaires. Assurons simplement que leurs lubies d’un autre âge ne tournent pas à la violence et l’intimidation et continuons à les ignorer.

Le plus grand service que nous pouvons rendre à ces hurluberlus, c’est de les prendre au sérieux et de faire parler d’eux. Croyez-moi, d’ici quelques décennies, nos enfants regarderont ces gens-là avec la même incrédulité que nous affichons en pensant aux propriétaires d’esclaves sudistes et à leur guerre de sécession. En attendant, l’humanité poursuit son inexorable marche vers le haut.

Paru originalement sur La plusgrande gueule

Ajouter un commentaire

Requis
Requis (ne sera pas publié)
Optionnel

Branchez-vous

Pour vous connecter veuillez d'abord vous identifier.

bricedansereau-olivier

Catégories

Archives