Paul Proulx

You are browsing the archive for 2011 mars.
  • 30 mars 2011 · Paul Proulx

    L’Esprit de famille

    « Famille, je vous hais », a écrit André Gide dans Les Nourritures terrestres. C’est l’ennemi dont il faut se méfier, renchérit David Homel dans L'Évangile selon Sabbitha, car elle enseigne la honte de soi. Celle à laquelle s’attache Catherine Leroux ne joue pas le rôle oppressif que décrivent plusieurs auteurs. Il s’agit d’une famille […]

  • 29 mars 2011 · Paul Proulx

    Danse mortelle

    Cet opéra traite d’amour, voire de concupiscence. Et mieux que tout art réuni, y compris l’impressionnisme et La Noce de Bertolt Brecht qui joue, en 1919, dans la même plate-bande de la révolution des mœurs que chaque décennie revendique d’être l’instigateur. C’est Oscar Wilde qui est l’auteur du texte, écrit en français. Il a […]

  • 27 mars 2011 · Paul Proulx

    Ce que femme veut

    Un film, c’est l’âme du cinéphile. Il lui rend son dû en le livrant à ses introspections. Et ce qu’il trouve l’amène à corriger l’image comme la femme devant son miroir. C’est d’ailleurs ce que montre l’affiche en exposant Juliette Binoche dans un exercice pour se rendre séductrice ou, du moins, pour faire sentir sa […]

  • 24 mars 2011 · Paul Proulx

    Rendez-vous avec Calypso

    Il n’y a guère longtemps, les médias ont fait grand état des courses de « chars » dans les rues des quartiers industriels des banlieues, notamment à Laval. La nuit, les jeunes s’affrontent au péril de leur vie dans un bolide modifié. Mais la participation au jeu de la mort a un coût. Jonathan, un […]

  • 19 mars 2011 · Paul Proulx

    Le Syndrome de Pinocchio

    « On ne s’imagine pas un monde sans Pinocchio », a écrit Italo Calvino. Qui ne veut pas prendre les moyens de matérialiser sa capacité d’aimer. Le plus difficile pour le héros, c’est de dénicher le cœur à aimer. Le plus simple serait de se faire accroire que le célibat sied aux humains comme un […]

  • 16 mars 2011 · Paul Proulx

    L’Amour à distance

    Parfois je pense à toi si fort Je récrée ton âme et ton corps Je te regarde et m'émerveilleJ e me prolonge en toi Comme le fleuve dans la mer Et la fleur dans l'abeille. La Manic de Georges Dor est la version musicale de L’Amer Atlantique de Jean Beaudry. Même la facture des […]

  • 13 mars 2011 · Paul Proulx

    Les Fleurs ne déménagent pas

    Dieu est-il un sadomasochiste, qui jouit des fruits du martyre ? L’islamisme est davantage empathique; il promet 70 vierges aux kamikazes. Le Créateur demande en plus de l’aimer ainsi que notre prochain qu’il faut zigouiller en son nom par des croisades et des inquisitions. Le chemin de l’amour serait-il un chemin de croix ? […]

  • 10 mars 2011 · Paul Proulx

    L’Évangile selon Pierre Gariépy

    Gariépy, Pierre. L’Âge de Pierre. Éd. XYZ, 2011, 138 p. L'auteur a entamé un périple avec Lomer Odyssée et Blanca en sainte. Il continue son voyage, pas aussi heureux que celui d’Ulysse, avec le fils de Lomer et Blanca, déjà annoncé dans son dernier roman. Avec celui-ci, on le retrouve à l’orphelinat après la mort […]

  • 5 mars 2011 · Paul Proulx

    Un violon dans la neige

    La tristesse du regard des enfants de la détresse est un métalangage qu’interprète Anaïs Barbeau-Lavalette avec les mots bafoués d’une vie « ben mal emmanchée» comme a écrit le poète Jean Narrache (Émile Coderre). Les deux auteurs se sont penchés sur le sort des enfants, en l’occurrence ceux du quartier Hochelaga. Sans les juger et […]

  • 4 mars 2011 · Paul Proulx

    Le Déclin de l’Empire allemand

    Le Théâtre de la Veillée nous invite à La Noce de Bertolt Brecht. Comme auteur, il a choisi de créer une distanciation entre ses personnages et son lecteur. Lire ou voir du Brecht n’est pas un exercice d’identification aux héros, spécialement avec cette pièce misanthropique. Cette dernière dénonce les mœurs dépravées des petits bourgeois. D’ailleurs […]

Branchez-vous

Pour vous connecter veuillez d'abord vous identifier.

Paul Proulx

Catégories

Archives