La Belle Hélène par L’Opéra bouffe du Québec.

13 novembre 2012 8h16 · Normand Parisien

À propos l'article Voir Belle Hélène (La)

Vraiment L’Opéra bouffe du Québec ne cesse de m’impressionner avec l’ampleur de ses spectacles. Pour la 1re fois, leur spectacle La Belle Hélène était présenté au Théâtre Hector-Charland. Avant leurs spectacles étaient présentés en plein air, dans le préau du Collège de L’Assomption. Ils étaient quelques dizaines de solistes, choristes et musiciens, avec des niveaux de formation assez variables, à partager cette scène. C’était la 3e fois que j’assistais à leur programme. Les Mousquetaires au Couvent (2 août 2009) et La Chauve-Souris (31 juillet 2010) étaient assez réussis, mais je constate qu’ils s’améliorent à chaque fois. Les spectateurs étaient nombreux, probablement quelques centaines, à assister à cet opéra bouffon.

Cette fois, l’action se déroule en Grèce antique alors que la guerre de Troie pointe à l’horizon. Les rois Agamemnon et Mélénas, les combattants Ajax et Achille, la belle Hélène, le prétendant Pâris, le conseiller Calchas et le débauché Oreste: tous s’unissent dans une procession pleine de couleurs chatoyantes. D’autres personnages s’ajoutent aussi avec des costumes originaux. La fin du spectacle nous amène dans la Grèce actuelle avec sa crise économique et une station balnéaire, où ils se transforment en touristes américains. J’ai adoré cette transformation qui regorgeait d’originalité. L’humour était au rendez-vous et ces personnages semblaient beaucoup moins légendaires sur cette scène.

Ce spectacle durait environ 2 h 30, en incluant l’entracte. Étrangement, celui-ci était placé vers la fin du spectacle : la 1re partie était 3 fois plus longue que la 2e partie. Le mouvement d’ensemble de tous ces artistes nous en mettait plein la vue et le point fort me semblait être ces costumes impressionnants. Les textes étaient chantés puisque La Belle Hélène est une opérette créée par Jacques Offenbach en 1864. Un tel spectacle, de temps en temps, ça fait du bien. J’ai bien aimé ma soirée et j’attends fébrilement leur prochaine production. Ils ont eu droit à un «standing-ovation» généralisé, comme j’en ai rarement vu. Difficile de retrouver l’inscription de ce spectacle,  présenté à L’Assomption (ou de l’O.B.Q.),  dans le calendrier du Voir.ca. Mon évaluation : ****

Ajouter un commentaire

Requis
Requis (ne sera pas publié)
Optionnel

Branchez-vous

Pour vous connecter veuillez d'abord vous identifier.

Normand Parisien

Catégories