IMAX : L’Express des Rocheuses (L’histoire du C.P.R.)

8 novembre 2012 11h50 · Normand Parisien

À propos l'article Voir Rocky Mountain Express

Dans ce documentaire teinté de corporatisme, le C.P.R. (Canadian Pacific Railway) nous offre l’histoire de la construction du 1er chemin de fer transcontinental canadien. Ce film IMAX, présenté au Vieux-Port de Montréal, est de courte durée (40 minutes environ), mais nous fait passer au travers des Rocheuses canadiennes. Ces montagnes, les vallées et aussi les cours d’eau sont d’une beauté majestueuse. Dans ces paysages dignes de cartes postales, l’histoire de la construction et de l’entretien de la voie ferrée nous est racontée. Tout est centré sur les Rocheuses, les prairies de l’Ouest n’étaient probablement pas assez spectaculaires.

C’est une locomotive à vapeur (la 2816), probablement construite à la fin du 19e siècle, qui personnifie ce récit. Comme ses semblables, elle est dotée d’une personnalité bien à elle, selon le mécano qui en fait l’entretien. Elle a fière allure avec ses jets de vapeur et son panache de fumée blanche : à cette époque on ne se tracassait pas avec les gaz à effet de serre ou la combustion au charbon. Arpenteurs, géologues, dynamiteurs et rêveurs se côtoient pour réaliser ce projet insensé. On nous parle aussi des accidents de travail ayant fait des centaines de victimes (souvent asiatiques) et des enjeux nationalistes reliés à ce projet de construction.

Je lisais récemment un essai de Pierre Berton (1920-2004), un journaliste canadien, né au Yukon. Titré «Le grand défi / Le chemin de fer canadien», les 2 tomes de cet essai, sont beaucoup plus axés sur les manipulations politiques entre les politiciens, financiers et les chefs d’entreprise. Cette édition, publiée en 1975, est épuisée depuis longtemps et je me suis procuré cet essai dans une boutique de livres usagés. Les scandales à Ottawa ainsi que les tensions sur le terrain sont le sujet principal de Pierre Berton. Une télé-série basée sur cet essai avait été présentée au petit écran à cette époque. Le documentaire IMAX était donc un bon complément à ma lecture, une image valant mille mots.

L’Express des Rocheuses nous fait surtout passer de la Colombie-Britannique vers l’Alberta, donc de l’ouest vers l’est, alors que Pierre Berton relatait la construction du chemin de fer de l’est vers l’ouest. Le documentaire ne souligne pas les craintes causées par l’expansionnisme américain, une phobie du premier ministre John A. Macdonald, et le désir d’affirmer notre souveraineté sur les plaines inhabitées de l’Ouest, en joignant l’Ontario à la Colombie-Britannique par ce rail. L’approche du réalisateur de ce documentaire (Stephen Low) diffère beaucoup de celle de Pierre Berton.

Ce documentaire nous offre une page d’histoire de notre pays, tout en évitant de verser dans la polémique. Le Canada se construisait en même temps que ce projet ferroviaire.  Les paysages sont vertigineux, les ponts et les tunnels doivent permettre à ce train de monter les pentes. Je ne me suis pas ennuyé, car l’histoire canadienne m’intéresse. L’importance du C.P.R. se compare à celle de la Compagnie de la Baie d’Hudson pour ce qui est du développement du Canada. Mon évaluation : ***

Ajouter un commentaire

Requis
Requis (ne sera pas publié)
Optionnel

Branchez-vous

Pour vous connecter veuillez d'abord vous identifier.

Normand Parisien

Catégories