World Press Photo : Montréal 2012.

16 septembre 2012 21h46 · Normand Parisien

À propos l'article Voir Grand angle

Encore cette année, le Marché Bonsecours présente la 55e édition de l’exposition World Press Photo. L’actualité internationale fournit une matière abondante pour ces photographes. Cette année les printemps arabe et érable sont couverts avec des scènes de combats ou des manifestations civiles importantes. Disposées sur 2 étages, ces photos nous rappellent les informations télévisées qui remplissaient les bulletins de nouvelles.

Le désastre de la centrale nucléaire de Fukushima faisant suite à un puissant tremblement de terre et à un tsunami est bien illustré. Il y a aussi ces photos du massacre de Breivik sur l’île d’Utoya et celles des tyrans déchus (Kadhafi, Moubarak) de pays d’Afrique du Nord. L’Afghanistan n’est pas en reste. Le sable, le sang et les armements semblent faire bon ménage, alors que la démocratie et les Droits de l’Homme semblent bien théoriques.

Les photos de la nature sont très intéressantes et parfois choquantes : des rhinocéros mutilés pour une corne qui vaut cher sur le marché noir, des requins tués pour un aileron ou des cavernes à couper le souffle. La ville de Moscou, avec ses HLM, et les citadins qui se reposent à l’ombre d’une centrale nucléaire offrent des photos étonnantes et quasi artistiques. Frappante cette photo d’une junkie sud-africaine, qui se prostitue, car elle ne semble pas tellement plus vivante que le cadavre de Kadhafi dans une morgue réfrigérée. Les exécutions publiques dans les pays musulmans orthodoxes sont aussi une pratique répandue.

Le 2e étage présente des images de problèmes médicaux, des images plus personnelles, reliées aux Droits de l’Homme (Anthropographia), et plus locales, les fameuses manifestations étudiantes (Rouge²). Elles semblaient occuper beaucoup de place sur cet étage. Les frais de scolarité ne devaient pas soulever de passions à l’étranger : le journalisme citoyen a donc sa place.

Cette photo d’un canon antiaérien libyen est formidable et celle du cadavre du tyran libyen est rassurante d’une certaine façon. J’aurais bien aimé voir plus de photos cette année, celles qui sont affichées ont un grand format, ce qui permet de se déplacer sans se bousculer, mais plusieurs autres étaient sûrement disponibles. Sauf erreur, une autre exposition a lieu au Marché Bonsecours, jusqu’à la fin de décembre 2012, et vaut aussi la peine d’y faire une visite : Expo 11 Nations (critique disponible dans mes archives 29-01-12). L’art autochtone y est à l’honneur, mais c’est moins spectaculaire que le World Press Photo.

Ajouter un commentaire

Requis
Requis (ne sera pas publié)
Optionnel

Branchez-vous

Pour vous connecter veuillez d'abord vous identifier.

Normand Parisien

Catégories