DANS L'INTIMITÉ DES ARTS copyright Alain Fortaich

You are browsing the archive for 2012 décembre.
  • 21 décembre 2012 · Alain Fortaich

    Le MAC’museum

    Sans contredit, je suis entré dans la mauvaise salle, non pas que le sujet soit inintéressant mais pour l’aborder, il m’apparaît préférable de suivre le cours chronologique de ce mouvement sinon je me rebufferai devant la première oeuvre.  Une installation comme on en voit un peu partout : une table ronde entourée de chaises.  Au moins, me dis-je, s’il […]

  • 17 décembre 2012 · Alain Fortaich

    Faire la danse buissonnière

    Voilà le genre de spectacle où les chorégraphes risquent gros s’ils ne sont ni audacieux ni inventifs car s’ensuivra de courtes chorégraphies, d’une durée variant entre huit et dix minutes au cours desquels ils seront amenés à nous offrir une pièce parfaite.  Songeons-y.  Dix minutes pour tout exprimer mais que quelques unes pour nous séduire. Ce n’est ni une […]

  • 11 décembre 2012 · Alain Fortaich

    À l’aube, tout sera dit…

    La scène est dans la pénombre dans laquelle l’éclairage circonscrira l’action : une danse minimaliste où le moindre geste prendra, malgré tout, de l’ampleur.   En fait, si Aube se déploie dans la pénombre, c’est pourtant une révélation; les gestes lents des danseuses, comme une palpitation, encarcanés dans des duos mimétiques prennent leur essor. Sculpturaux, les corps entremêlés nous […]

  • 9 décembre 2012 · Alain Fortaich

    L’impressionnante danseuse

    Il ne suffit que de quelques minutes, après, eh bien,  ça dépend de notre intérêt pour l’oeuvre devant laquelle on se retrouve; on peut s’attarder afin d’observer les mouvements de la peinture sur la toile : les coups de pinceaux, l’empâtement,  le vernis craquelé, le sujet,  le point de vue.  Ou bien juste regarder parce […]

  • 5 décembre 2012 · Alain Fortaich

    Tendre tendre tendre Clémence

    Format cabaret, la salle nous accueille avec ses tables rondes et sa scène surélevée.  L’orchestre dans un coin, une porte centrale jouxtant presque le paradis et là, à l’opposé, un banc.  Des coffres, ça et là, dans lesquels sont rangés des accessoires.  Perruques, robes, téléphone, quelques objets qui définissent rapidement un individu.  Pascale Montpetit entre en scène.   Une musique, […]

Branchez-vous

Pour vous connecter veuillez d'abord vous identifier.

Alain Fortaich

Catégories