DANS L'INTIMITÉ DES ARTS copyright Alain Fortaich

You are browsing the archive for 2012 novembre.
  • 30 novembre 2012 · Alain Fortaich

    La rythmique du nombre

    Péniblement engoncé dans mon corps tordu, je me lève.   Je ne peux décidément pas m’abandonner, sur le divan,  à la compresse froide dans le bas de mon dos qui doit faire résorber l’inflammation de l’entorse lombaire qui m’affecte tandis qu’à la Cinquième salle de la pda, dans une heure tout au plus, de Tao dance theater foulera […]

  • 24 novembre 2012 · Alain Fortaich

    I’m migrant

    Rarement j’ai vu une salle si calme avant le début d’une représentation.   Pas d’agitation ni de grandes conversations; que des murmures qui s’éteignent dans un souffle. L’atmosphère est empreinte de solennité à 0 heure moins 5 minutes.  00 heure moins 3 et toujours aussi calme et 00 heure pile, une voix se fait entendre qui diffère […]

  • 19 novembre 2012 · Alain Fortaich

    Échafauder l’espoir

    Je ne puis qu’émettre que diverses hypothèses, qu’élaborer quelques pistes de réflexions afin de comprendre.  À quoi bon!  Il appert qu’après l’entracte, la salle était évidée de maints spectateurs.  Pourtant, la première partie :  Awàà, a été ovationnée.  L’assistance s’est levée, s’est échauffée les paumes des mains pour saluer le travail des danseurs et la virtuosité, sinon […]

  • 16 novembre 2012 · Alain Fortaich

    Le paradoxe des heures

    Il apparait sur la scène dénudée avec pour seul accessoire des lunettes.  Et comme instrument : son corps.  A-t-on besoin, par conséquent, d’un autre décor ?  Le corps se suffit à lui-même.  Pointe et ribambelle, mécanique des bras.  En fond sonore,  José Navas explique sa démarche.  Il nous faut alors lier le geste à sa […]

  • 12 novembre 2012 · Alain Fortaich

    De la beauté échouée et autres concepts sociologiques

    Pendant que le spectateur rejoint sa place au centre de la rangée, que l’on entame alors la répétition de  l’ovation, en se levant, à laquelle aura droit Usually beauty fails, afin de laisser celui-ci s’asseoir, pendant ce temps-là et même avant mon entrée en salle,  Brianna Lombardo et Jamie Wright sont sur la scène.  Pourtant, il n’est pas […]

  • 11 novembre 2012 · Alain Fortaich

    L’art de la fugue

    À l’exception d’un bureau et d’une chaise qu’occupera une sténographe, dont le jeu consiste principalement à retranscrire des fragments significatifs de répliques des personnages qui sont projetées contre le mur d’arrière-scène, le plateau est presque dénudé comme si les comédiens allaient se suffire à eux-mêmes.  Une console à partir de laquelle le maitre d’oeuvre, Dom […]

  • 9 novembre 2012 · Alain Fortaich

    Pénombre et ombre, clair-obscur et frémissement

    Soudainement, j’ai tout faux.  Mon âme perturbée distingue-t-elle encore le réel de l’imaginaire?  Ma vision, trompée par l’éclairage, a confondu les murs de la salle à un décor.  Ce mur blanc crème aux trois immenses fenêtres dans lesquelles se réfléchissaient, en taches colorés, les spectateurs, dont l’apparence prenait soudainement l’air d’un sapin de noël.  Tout faux.  Ma certitude vacille.  Mon […]

Branchez-vous

Pour vous connecter veuillez d'abord vous identifier.

Alain Fortaich

Catégories