DANS L'INTIMITÉ DES ARTS copyright Alain Fortaich

You are browsing the archive for 2012 janvier.
  • 27 janvier 2012 · Alain Fortaich

    Les eaux pénombreuses du Styx

    Je présume qu’une problématique particulière attendait AKram Khan en créant Vertical road;  en effet,  comment représenter la verticalité sans, pour autant, utiliser le plan vertical : mettre à profit la technique, l’usage de poulis, des cordages, des mâts, de phares, de tours que sais-je, lier les interprètes, les soulever, les envoler, les transporter vers l’au-delà.  Une problématique résolue pourtant avec simplicité […]

  • 22 janvier 2012 · Alain Fortaich

    Fausse sceptique

    Qui n’est pas familier de l’univers théâtral de Christian Lapointe pourrait être désorienté par sa mise en scène; voire il pourrait croire, tant son procédé scénique est singulier, ce spectateur pourrait croire qu’il s’agit de mauvais théâtre, de théâtre amateur.  Quelle méprise ce serait pourtant!  Car Lapointe est exigeant.   Rigoureux.  Pointilleux.  Et il a trouvé un sentier qu’il […]

  • 21 janvier 2012 · Alain Fortaich

    Six personnages en quête d’un chorégraphe

    Point d’artifice avec José Navas.  Le décor est aux oubliettes si ce n’est cette niche, au fond central de la scène, dans laquelle il se réfugie suite à ses courtes mais exigeantes prestations.   Dès lors, le danseur offre aux spectateurs un rituel singulier.  En fait, de simples gestes prennent une gravité étonnante : silencieusement retirer les […]

  • 16 janvier 2012 · Alain Fortaich

    Profil guerrier

    Tout autour, sur la rue, des gamins habillés en soldats.  Et quelques gamines, aussi, qui revendiquent de jouer à la guerre.  Ils marchent au pas et leur cadence m’accompagne : soudainement, c’est comme s’ils m’escortaient, moi,  l’estrange coiffé d’un bonnet de laine trop petit qui, pour quat’ sous, chanterait l’une des tristes ballades du soldat Lebrun : […]

  • 16 janvier 2012 · Alain Fortaich

    Profil guerrier

    Tout autour, sur la rue, des gamins habillés en soldats.  Et quelques gamines, aussi, qui revendiquent de jouer à la guerre.  Ils marchent au pas et leur cadence m’accompagne : soudainement, c’est comme s’ils m’escortaient, moi,  l’estrange coiffé d’un bonnet de laine trop petit qui, pour quat’ sous, chanterait l’une des tristes ballades du soldat Lebrun : […]

Branchez-vous

Pour vous connecter veuillez d'abord vous identifier.

Alain Fortaich

Catégories